03 décembre 2020

S5E6 (VGE est mort!)

 VGE est mort. VGE cela me rappelle TGV. (Very Great Exposure)

J’écoute France Info et ne suis pas surpris du discours. On aime nous raconter de belles histoires, plus que l’Histoire elle-même. La mort il est vrai, lave plus blanc, elle arase toutes les erreurs de la vie, on peut comparer les personnes parlant du défunt à des avocats devant Saint Pierre pour une ouverture des portes au paradis. Là c’est pire les médias vont en faire des tonnes pour nous prouver que ces gens du pouvoir sont des héros.

Giscard était le plus jeune président, il a dépoussiéré un peu la présidence.

Bien qu’étant de droite, ce sont ses progrès sociaux qui parlent pour lui.

Le vote à dix huit ans, la pilule, le divorce avec consentement, l’augmentation du smic, la retraite à 60 et surtout la légalisation de l’avortement. Mitterrand, homme de gauche sera loin de faire mieux. Plus personne d’ailleurs ne fera autant de réformes, l’heure viendra à l’attentisme, au calcul pour une réélection.

Giscard est un président de septennat, il comprend qu’il peut faire des réformes au début avant de penser à la réélection. Un seul septennat permettrait à la France un redressement, il pourrait être fait de plans quinquennaux et le président n’aurait pas à penser à un autre mandat.

Giscard est le premier à utiliser la communication, il comprend que c’est important de soigner son image. Il fait du foot, il va manger chez les gens, il invite les éboueurs le 1er Janvier, lui qui est le type même du grand bourgeois, et il joue de l’accordéon. Le peuple aime que leur président lui ressemble. Ce n’est qu’une façade.

Passons au côté plus sombre maintenant. Giscard est un énarque, économiste de plus, il va penser à la finance, donc aux financiers, aux banques. C’est un peu le père de l’euro, pas la meilleure des choses (avis personnel qui n'engage que son auteur).

Il est l’homme des affaires aussi:

L’affaire des avions renifleurs, eh ! Oui faut le faire comme titre. Pour en connaitre plus allez sur le net.

Les diamants de Bokassa même si au fond je pense qu’il s’est fait avoir avec une cabale montée de toutes pièces par ses ennemis. C’est toute fois une amitié avec un dictateur africain, VGE est dans la France-Afrique,  encore un soupçon de colonialisme.

Plus grave est l’affaire Boulin, grand ministre qui faisait de l’ombre aux prétendants au trône. On le trouve mort, noyé dans trente centimètres d’eau, on conclut rapidement au suicide. La lumière ne sera jamais faite bien que les enquêtes se succèdent. Avec la mort de VGE peut être saura-t-on la vérité. Le pouvoir peut tuer.

Outre les affaires, le côté sombre de Giscard est de défendre la peine de mort, il déclare que lui, président, la peine capitale ne sera pas abolie.

Le pire dans cette histoire est qu’en tant que président il a le pouvoir de gracier. Là, il décide de tuer Christian Ranucci , l’affaire du pullover rouge. Un film à décharge de Ranucci est sorti en 1979 malgré plusieurs tentatives d’interdiction de la part du pouvoir. Ce film montre la « légèreté de l’enquête », la pression sur la police pour trouver un coupable rapidement et l’acharnement sur le premier suspect. Giscard aurait au moins pu commuer la mort en une peine à perpétuité, permettant une révision du procès. Faut dire aussi qu'une foule réclamait la mort de Ranucci. Peuple suiveur, foule assassine.

L’Histoire va nettoyer tous ces petits « inconvénients » qui salissent une carrière.

Giscard aura été à la charnière de deux mondes, les trente glorieuses et le capitalisme impitoyable.La porte est ouverte aux Reagan, Thatcher et consorts. Le contexte de son temps laisse malgré tout un parfum de nostalgie.

Pour en finir et être un peu vénal, VGE nous a couté cher en tant que contribuable. Sept ans au pouvoir et quarante ans de retraite dorée faut le faire. Plusieurs millions d’euros pour une seule personne. Au moins Mitterrand et Chirac auront fait un effort. Effort demandé à d’autres jeunes retraités.

Je ne sais pas vous, mais il me semble que la mort, elle, ne prend pas sa retraite ces temps-ci.

Voilà c’est ma façon de faire l’Histoire, en tant que témoin.

4 commentaires:

  1. N'est-il pas également le premier président à voter un budget de l'État en déséquilibre ? Depuis, aucun gouvernement n'a fait de budget en équilibre. L'impact de cette décision est énorme.

    RépondreSupprimer
  2. Article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973

    «Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France»
    président de la république : G Pompidou, ancien de chez Rothschild
    ministre des finances : Valéry Giscard D'Estaing et depuis on paye la dette !
    mais aussi Président de la Convention sur l'avenir de l'Europe qui accoucha de la constitution européenne que nous avons rejeté par référendum en 2005 mais que l'on nous a resservi et imposé.
    Et ne parlons pas des frasques et harcèlements supposés ou réels envers certaines actrices

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que c'est Pompidou qui a décidé d'emprunter aux privées. Alors qu'avant la dette "roulait" avec la Banque de France. C'est là que commence la corruption, quand une personne au service de l'état permet au privé de bénéficier d'avantage

      Supprimer
  3. On ne paie pas la dette, seulement les intérêts alors que la Banque de France prétantaine à l’Etat sans intérêts. Cherchez l’erreur.
    Ce matin j’ai écouté les journalistes « encenser » VGE je dois dire que je n’ai pas eu l’esprit très critique, VGE c’était ma jeunesse et il me semble (un peu de nostalgie, peut être) que l’époque actuelle est beaucoup plus tourmentée et anxiogène surtout pour la jeune génération. Certes VGE a fait de bonnes réformes (IVG...) mais il ne faut pas oublier que si nous en sommes là c’est parce que les gouvernements précédents n’ont pas fait ce qu’il aurait bon de faire.

    RépondreSupprimer

S7E3 (Le Confinement 2 est mort!)

Le confinement 2 est mort! Vive le confinement 3 !. Il est évident que nous allons vers un troisième confinement. D’abord le mot confinem...