26 novembre 2020

S4E6 (Mort, la star!)

 L’actualité est bien fournie, ce matin, la Covid ne fait pas la une. Il est vrai qu’elle est remplacée par des annonces de décès, ce qui n’est pas l’alternative la plus heureuse. Les médias surfent toujours sur la vague.

Maradona, le Dieu. Je n’étais pas un fan de ce joueur, aimant plutôt Cruyff et Pelé, je dois toutefois admettre qu’il maitrisait son art au plus haut niveau. Il est arrivé à la période de la starisation et malheureusement s’est noyé dans ce flot d’admirateurs. Il n’a pas su à l’inverse de Pelé garder la tête froide et prendre ses distances. Il doit être compliqué de rester le même quand on est adulé par des peuples, des foules hystériques. Il en est de même, toutes proportions gardées, pour Christophe Dominici qui était dépressif depuis qu’il avait quitté les tentacules de la médiatisation. J’aimais ce joueur pour le professionnalisme qu’il dégageait.

Jacques Secrétin, le moins connu certainement est le type même des sportifs qui ont fait connaître leur discipline. La fédération de tennis de table lui doit beaucoup.

Voilà les morts se succèdent pas seulement des anonymes frappés par le virus et la maladie. La vie malgré cette épidémie continue, la mort aussi. Celle-ci a du boulot en ce moment.

Nous sommes dans un monde de glorification, nous avons besoin d’idoles comme le veau d’or du temps de Moïse. Le dieu unique est souvent remplacé par nos semblables que l’on sanctifie.

« Du pain et des jeux !» (Panem et circenses !) disait-on du temps de Rome. Afin de cloisonner les ardeurs d’un peuple pour se permettre de gérer tranquillement les affaires.

Aujourd’hui encore, Beaucoup ont besoin de se réunir dans des stades pour glorifier leurs stars, s’identifier à eux et communier (religion !) avec leurs semblables.

Les supporters sont capables d’excuser les dérives, les manques de professionnalisme parfois de leurs idoles. Ces sportifs qui gagnent en un mois bien plus qu’eux  ne gagneront dans leur vie. Ces stars sont devenues les rois du monde, ils peuvent se payer tout ce dont ils ont besoin et même ce dont ils ont envie à l’instant même. Comment justifier un tel décalage, mais aussi un tel amour pour les idoles. Les supporters rythment leur vie au fil des matches de leur équipe préférée, ils doivent être en manque et malheureux en ce moment.

Macron devrait se méfiait car tous ses gens privés de jeux, un jour vont se rebeller.

La vie, la mort se succèdent à une fréquence soutenue dans cette époque sombre, est-ce que s’arrêter sur un mort particulier est synonyme de réussite pour ce dernier ? Réussir sa mort médiatiquement est-ce avoir réussi sa vie ? Non pas forcément mais pour la star décédée c’est, une dernière fois, permettre à ses fans une ultime communion.

Aduler quelqu’un c’est mettre en retrait sa propre personnalité. Chacun devrait être un héros de sa vie. Pas facile !

1 commentaire:

  1. Voilà plusieurs jours que je n’ai pas répondu... en ce qui concerne les stars, j’ai pu admirer mais jamais aduler. Quand on voit la déchéance de toutes ces stars, ça fait pas envie. D’ailleurs le dicton dit pour vivre heureux vivons cache. On ne parle des anciennes stars que dans leurs frasques outrancières. Regardez Secretin, les jeunes ne le connaissent pas alors que c’était un très très grand champion. J’espère pour lui qu’il a vécu heureux. Quant à Madonna, ruiné, ses héritiers vont essayer de récupérer des subsides en accusant son médecin de négligences..... triste tout cela.

    RépondreSupprimer

S7E3 (Le Confinement 2 est mort!)

Le confinement 2 est mort! Vive le confinement 3 !. Il est évident que nous allons vers un troisième confinement. D’abord le mot confinem...