01 décembre 2020

S5E4 (Transition écologique? Pas pour tous!)

Le changement climatique est acté, à part quelques illuminés (d’ailleurs faudrait qu’ils éteignent leurs lumières)  restés sur leurs positions, ils ne veulent pas convenir que l’on peut se tromper. Donc à part ces exceptions, il y a consensus.

L'ère du carbone, charbon, pétrole et autres énergies fossiles touche à sa fin. Nous allons nous diriger vers l’énergie verte.

L’énergie verte, comme son nom l’indique est une énergie propre. On peut citer les éoliennes, le tout électrique comme les voitures par exemple.

Le gros problème dans cette énergie c’est qu’elle n’est pas verte pour tout le monde ; l’avantage est pour nous, pays occidentaux, pour les autres nous verrons plus tard et pour eux cela va même être pire.

Les fabricants d’automobiles misent tout sur l’électrique, moins polluant mais voilà la voiture électrique n’a plus besoin de pétrole pour rouler mais elle a besoin de métaux rares. Nous allons en entendre beaucoup parler dans ces prochaines années. Ces métaux rares pour la voiture sont entres autres : Magnésium, cobalt, tungstène, europium, tantale, germanium.

Les éoliennes offshore ont besoin d’une tonne de métaux rares chacune pour fonctionner elles ont besoin aussi de 20 tonnes d’aluminium et 100 tonnes d’acier.

On trouve-t-on ces métaux rares? Pas chez nous. Dans des pays comme la Bolivie, le Congo, l’Indonésie, le Chili et surtout la Chine. Cette dernière a senti le vent tourner elle fait des extractions de terres rares (celles qui contiennent les métaux) dans tout le pays. Alors les mines fleurissent à défaut des plantes ; on extrait ces terres à la main, sans protection . Ces mines, on le sait depuis longtemps, ont besoin d’eau pour nettoyer les métaux lourds, les nappes phréatiques sont atteintes, on déplace les habitants voisins de ces chantiers, car l’eau et la boue bouchent les robinets. Que dire de ces lacs noirs, bourbeux et graisseux qui stagnent autour des villages. 

Chez nous l’air se purifie avec nos éoliennes là-bas le ciel s’assombrit et le soleil, pourtant source d’énergie, est devenu une denrée rare.

La voiture électrique a besoin de 80 kg de cuivre en moyenne . Alors le chili creuse de plus en plus profondément pour extraire ce cuivre. La mine de Chuquicamata fournit  460 000 tonnes de cuivre par an. Des cratères gigantesques se forment mais la mine a, elle aussi, besoin d’eau (2000 litres par secondes) pour nettoyer les métaux lourds.  Les habitants avalent au rythme des passages de camions les particules de métaux, dix pour cent de ces gens ont un cancer du poumon. Nous ne savons pas ce que l'eau polluée leur fera.

Que dire du lithium indispensable pour les batteries. La Bolivie mise sur cet or « vert »  pour booster son économie au dépend de la santé de ses citoyens; mais le jeu en vaut la chandelle, pas la flamme de la vie.

La France, l’Allemagne créent l’Airbus des batteries électriques pour en fabriquer, d’où vont venir le Lithium et autre métaux ; ce n’est pas notre problème.

« Alors on ne fait rien ? On va se coucher » vous me direz. Si, on peut faire quelque chose:

Premièrement: je pense qu’il faut être honnête avec tout le monde, ça ne coûte rien mais c’est plus correct. On ne parle pas d’énergie propre, on est conscient que lorsque l’on utilise la voiture c’est peut être propre mais nous devons penser à sa fabrication.

Deuxièmement:  on ne mise pas tout sur ces énergies et on fait travailler les cerveaux pour développer des énergies futures. Si nous avons pris tant de retard c’est à cause des prix du pétrole défiant toutes concurrences, alors nous nous sommes endormis sans travailler sur l’avenir. Avec l’économie capitaliste on pompe tout avant de se dire en regardant la goutte tomber du pipeline « merde il n’y a plus rien !».

Troisièmement, on réfléchit au niveau mondial et non dans nos prés carrés. L’air est peut être meilleur chez nous mais les vents et les tempêtes apporteront les gros nuages noirs des pays producteurs de ces énergies. Ce ne sera que justice.

Beaucoup prônent le mondialisme, mais il y en a qui sont plus mondiaux que d’autres.

 Les données m'ont été en parties livrées par un documentaire de ARTE, cette chaine est le top du documentaire, c'est gratuit et sur YouTube de plus:

L'illusion de l'énergie verte | La face cachée des énergies vertes 


1 commentaire:

  1. Et l'Europe dans tout ça ? Mis à part le charbon qui était massivement exploité jusqu'au milieu du 20ème siècle et qui est toujours exploité par l'Allemagne, nous n'avons aucune terre rare ?
    Est-ce un fait de la nature ou est-ce par raison politique, en supposant que la population européenne ne supporterait pas l'extraction et toutes les applications décrites ici ?

    Les éoliennes, les voitures électriques, ... tout cela prouve que nous ne sommes pas capable de sortir de cette population industrielle qui nous a mené jusqu'à maintenant.
    Cela prouve également qu'il est difficile de "think outside the box". Nous sommes enfermés dans notre monde et notre façon de produire de telle sorte que même ceux qui veulent en sortir n'y arrive pas.

    Quelque soit cette nouvelle façon de produire propre que nous devons trouver, elle doit également être financièrement intéressante. Nous ne pouvons pas combattre deux choses en même temps : le pétrole et la finance. Il serait trop compliquer de lutter contre cela.
    Or, l'innovation est coûteuse par essence (et je ne parle pas de pétrole ici). Même si nous prenons les voitures électriques comme (mauvais) exemple, il a fallut luter contre les voitures à essence car elles étaient plus coûteuse à produire au départ. Qu'en serait-il d'une révolution où même la production serait propre/verte ?

    RépondreSupprimer

S7E3 (Le Confinement 2 est mort!)

  Le confinement 2 est mort! Vive le confinement 3 !. Il est évident que nous allons vers un troisième confinement. D’abord le mot confi...